Où déclarer vos revenus fonciers ?

déclaration des revenus fonciers

L’immobilier est un investissement comme tous les autres. En dehors de la gestion des logements, vous aurez à faire face aux démarches administratives comme la déclaration des revenus fonciers. Quel que soit le régime auquel vous êtes affilié, vous devez passer cette étape, car d’elle dépend la base imposable sur laquelle votre impôt sera calculé. Dans ce mini-guide, découvrez tout ce qu’il faut savoir sur la déclaration de vos revenus fonciers.

La déclaration des revenus fonciers : où faire cela ?

Pour déclarer vos revenus fonciers, vous avez la possibilité de vous rendre directement dans l’un des services d’impôt qui couvre votre zone. Une fois sur place, selon le régime auquel vous appartenez, vous prenez la fiche adéquate qu’il faut pour la remplir.

A lire également : Comment économiser sur le prix du gaz et de l'électricité ?

Le formulaire pour déclarer vos revenus fonciers est disponible également sur le site web du service des impôts. Pour réaliser cette opération en ligne, vous allez d’abord vous connecter à votre espace particulier avec votre numéro fiscal. Ensuite, cliquez sur la rubrique « déclarer » et choisissez l’option « revenus fonciers ».

Comment se fait la déclaration des revenus fonciers ?

La déclaration des revenus se fait selon le régime auquel vous appartenez. Ainsi, vous avez la déclaration au revenu réel, microfoncier.

Lire également : Quels sont les avantages d'une SCPI ?

La déclaration des revenus fonciers sous le régime microfoncier

La barre de revenu sous laquelle vous serez considéré comme étant dans le régime microfoncier est limitée à 15 000 euros. Celle-ci est déterminée en tenant compte de tous vos loyers principaux. Vos recettes accessoires et les quotas de votre part dans les revenus bruts annuels des entreprises immobilières sont aussi pris en compte.

Les montants que vous allez déclarer sont ceux qui sont reçus ou payés au cours de l’année. Cela est obligatoire, et ce, quelle que soit la période de l’année au cours de laquelle les recettes ont été faites. Cela prend aussi en charge les loyers hors charges.

Pour faire la déclaration sous ce régime, il faut vous rendre dans la case 4BE « revenus fonciers ». Vous allez avoir un abattement de 30 % qui vous sera attribué par l’administration. Faites attention à ne pas déduire cela de votre évaluation forfaitaire de vos charges. Sous ce régime, aucune charge n’est déductible. C’est la plus simple des déclarations sur les revenus fonciers lorsque vous avez le bien depuis un bon moment.

La déclaration des revenus fonciers sous le régime réel

déclaration des revenus fonciers

Lorsque vous faites un revenu qui va au-delà de 15 000 euros au cours de l’année, vous êtes soumis à une déclaration sous le régime réel. Dans ce cas, vous devez procéder autrement, car il y a des charges déductibles.

La déclaration de vos revenus fonciers sous un tel régime est faite en quatre étapes bien distinctes. En premier, il y a l’identification des biens. Ensuite, l’étape de la saisie des recettes. À ce niveau, vous devez faire ressortir toutes les sommes que vous avez encaissées au cours de l’année. Sachez que le montant du dépôt de garantie de la location n’est pas imposable.

La troisième étape concerne les charges déductibles. Vous devez relever toutes les charges que vous avez supportées en votre qualité de propriétaire du bien. Au nombre de celles-ci, il y a les frais de gestion comme la rémunération du gardien, les honoraires qui ont été versés à un tiers pour la gestion. Les frais de procédure en cas de litige doivent être aussi pris comme une charge déductible.

Une fois cette étape franchie, il faut donc aller sur le calcul du revenu net foncier qui sera imposé et réaliser votre déclaration. Lorsque vous avez plusieurs biens locatifs, vous aurez une compensation entre les revenus nets imposables.

Pour faire le calcul du résultat, il faut vous reporter à la règle en vigueur selon le régime sous lequel vous êtes. Alors, en cas de bénéfice foncier, la somme sera reportée dans la case 4BA de votre déclaration.

Pour un résultat déficitaire, une partie sera imputée du revenu global dans la limite de 10 700 euros. Le solde est reportable sur les années ultérieures. Dans ce cas, vous devez déterminer la part de ce déficit.